check icon

Tonnage traité depuis notre ouverture

4228167

tonnes
de matières

symbiose

Oui à la symbiose industrielle!

La symbiose industrielle se produit lorsqu’un réseau d’entreprises et de collectivités d’un même territoire sont maillées entre elles par des échanges de matières résiduelles, d’énergie et de ressources. Et c’est exactement ce que vient nous proposer Synergie Économique Laurentides (SEL). Cette initiative de la SADC des Laurentides, du CAE Rive-Nord et de la SADC d’Antoine-Labelle offre en fait une nouvelle filière à la gestion des matières résiduelles, une filière complémentaire aux centres de tri, au compostage, aux sites d’enfouissement, aux écocentres ou encore, aux friperies.

En activité depuis mai dernier, SEL met en pratique un concept bien simple : le déchet de quelqu’un peut être un trésor pour quelqu’un d’autre. Madame Karine Bourgeois, coordonnatrice en symbiose industrielle pour Synergie Économique Laurentides, explique : « Cela peut être aussi simple qu’une entreprise qui met beaucoup de boîtes de carton au recyclage. Une autre entreprise pourrait vouloir s’en servir pour faire de l’expédition au lieu d’acheter des boîtes neuves. Les gens n’osent pas toujours demander. Ce n’est pas naturel. Ou encore, ils n’ont aucune idée de ce qui se jette ailleurs. Nous sommes là pour ça, comme entremetteur, pour créer des liens. »  Dans les cas d’échanges qui seraient moins simples, SEL est appuyé par le Centre de Transfert Technologique en Écologie Industrielle. Des échantillons de différents produits peuvent y être analysés afin de déterminer s’ils répondent aux critères permettant leur réutilisation dans le procédé d’une autre entreprise.

La boucle des 3rv (réduire, réutiliser, recycler, valoriser) est à la base de tout. Lors des visites effectuées en entreprise, SEL regarde tout ce qui en sort, identifie les propriétés des matières et se demande comment cela peut être réutilisé. Si cela ne peut pas servir de nouveau à même l’entreprise, les produits sont alors intégrés à leur base de données. Le logiciel fait ensuite des liens entre ce qui est offert et ce qui est en demande et l’organisme contacte les parties concernées. Il est également possible de tout simplement soumettre ses offres et demandes à SEL afin de les faire inscrire dans la base de données. Toutes les entreprises de la région administrative des Laurentides peuvent participer sur une base volontaire. Les MRC d’Antoine-Labelle, d’Argenteuil, des Laurentides et des Pays-d’en-Haut, ainsi que la ville de Mirabel ont déjà confirmé leur adhésion au projet.

« C’est un projet extrêmement rassembleur comme on n’en voit pas beaucoup. Les entreprises des Laurentides sont très diversifiées. L’objectif est de régionaliser, de travailler en grande équipe et de diffuser la richesse. Ce n’est pas juste un partage de matière, mais d’expertise. La réussite de ce projet ne se fera pas seule, mais bien avec le bon vouloir de tous et chacun. » conclut madame Bourgeois.

Pour plus de renseignements, visitez synergielaurentides.ca.

symbiose