check icon

Tonnage traité depuis notre ouverture

5901480

tonnes
de matières

Partagez Édito – décembre 2020

fred

Parlons marché…

Parce que ça fait longtemps que le sujet n’a pas été abordé dans cette rubrique. Pourtant, de notre côté, on en parle à tous les jours. J’ai donc parfois l’impression de radoter un peu. Dites-le-moi si c’est le cas… Quoi qu’il en soit, le marché évolue. Et du bon côté.

Le marché des matières recyclables est spéculatif. Il anticipe la croissance économique, la réaction des compétiteurs et le niveau des inventaires sur la planète. Mais il est aussi réactif et répond à la réalité quotidienne. Et aujourd’hui, deux facteurs sont favorables à une augmentation des prix : la demande et la spéculation.

La demande locale est en effet très forte. Ne tardez donc pas à faire vos commandes de boîtes de carton plat si vous en avez besoin puisque vous attendrez sans doute un mois de plus pour les avoir.

Côté spéculation, comme les experts économiques canadiens, du moins, s’entendent pour dire que l’année 2021 devrait être une bonne année, c’est sans doute ce qui explique que les prix du marché augmentent un peu chaque semaine. Voyons voir ce qui se passe dans le tableau suivant :

Tableau édito

Bien que la demande soit forte pour certaines matières, d’autres trainent encore la patte de sorte que nous ne sommes pas encore en territoire positif au niveau budgétaire. Notons également qu’à eux seuls, le carton, le papier journal, le papier mixte et le papier de bureau représentent 75 % de nos ventes totales.

Depuis 2017, nos coûts de traitement ont monté. La qualité du produit fini chez nous a augmenté largement, induisant nécessairement une hausse des coûts de production. De plus, le conseil d’administration a adopté un plan triennal en 2019 pour que notre plus bas salarié soit au-delà de 15$ de l’heure dès 2021. N’oublions pas la COVID-19 qui a aussi apporté son lot de frais supplémentaires.

Je terminerai en vous disant qu’une lueur se pointe au bout du tunnel. Si les prix actuels se maintiennent, nous devrions réduire nos pertes d’au moins 50 % par rapport à 2020. N’est-ce pas une bonne note sur laquelle finir l’année?

Frédéric Potvin,
Directeur général

Article tiré du Tricentris Express de décembre 2020. Cliquez ici pour consulter le bulletin complet.