check icon

Tonnage traité depuis notre ouverture

4755183

tonnes
de matières

Partagez Édito – octobre 2018

Frédéric

Un an plus tard…

L’automne dernier, le gouvernement chinois annonçait la mise en œuvre imminente du National Sword. L’implantation de cette nouvelle « barrière verte » fût ressentie à travers le monde et les marchés n’ont évidemment pas été épargnés. Nous en avons parlé… beaucoup parlé. 

J’ai donc l’impression (quoique fondée) de vous entretenir souvent du même sujet, avec la prétention avouée que cela vous intéresse. Dites-le-moi si je me trompe… Toujours est-il qu’il y a du mouvement du côté des marchés et que c’est plutôt positif.

Tout d’abord, nos ventes ont grimpé de 4,6 % suite aux installations des séparateurs optiques en raison des meilleurs prix obtenus pour les fibres de Terrebonne et de Gatineau et des ventes accrues de contenants à Lachute.

Ensuite, le prix des fibres augmente. Dans le graphique qui suit, on remarque l’évolution croissante de prix du papier mixte au cours des derniers mois.  

tableau-edito

Nous sommes encore bien loin des 110 $ la tonne de l’an dernier, mais nous sommes aux portes du point mort financier. Pas si mal considérant qu’il s’agit, de fait, d’un objectif louable pour un OBNL !

Pour nos employés, nos administrateurs, nos membres et nos citoyens, c’est une première lueur au bout du tunnel. Après un été tellement chargé (avec les installations des lecteurs optiques qui ont nécessité six semaines d’arrêt et entrainé du travail en temps supplémentaire et des horaires perturbés), je tiens à remercier tous nos employés qui ont su relever ce défi. Ce fût une période difficile pour eux et ils ont su donner, encore une fois, le meilleur d’eux-mêmes.

En terminant, laissez-moi vous inviter à nos journées portes ouvertes. Si vos convictions environnementales ont été mises à mal cet été ou si vous êtes simplement curieux, venez nous rencontrer lors de la Semaine québécoise de réduction des déchets. Vous pourrez constater que tout n’est pas noir et qu’il y a bien du positif qui mérite d’être partagé. Et surtout, que vos propres actions portent fruit.

 

Frédéric Potvin,
Directeur général