check icon

Tonnage traité depuis notre ouverture

4707108

tonnes
de matières

sacs-plastique

Une solution locale pour les sacs de plastique

Chez Tricentris, nous mettons en ballots 2 500 tonnes de sacs de plastique annuellement. Comme il s’agit de l’une des deux seules matières que nous vendions en Chine, l’autre étant les fibres, elle fut aussi inévitablement touchée par les nouvelles restrictions d’importation des marchés chinois. Contrairement aux fibres, dont les ventes ont été redirigées vers d’autres recycleurs d’Asie, les sacs de plastique se sont accumulés dans nos centres de tri au point que nous avons dû recourir à l’entreposage dans l’attente d’une meilleure alternative. Tel que mentionné dans le Tricentris Express de février dernier, nous avions déjà 500 ballots de sacs de plastique entreposés en début d’année. Aujourd’hui, malgré les quelques voyages par mois trouvant preneur, ce nombre a doublé.

Notre patience sera toutefois bientôt récompensée. Non seulement une nouvelle usine de recyclage pour les sacs de plastique verra le jour, mais elle sera située pratiquement dans notre cour arrière! Modix Plastique Inc., une entreprise d’origine chinoise, s’installera à deux kilomètres de notre centre de tri de Lachute. Les équipements devraient arriver dès octobre et le début des opérations est prévu pour novembre prochain. L’équipe de Modix Plastique Inc. souhaite traiter entre 7 000 et 10 000 tonnes de sacs de plastique par année. Ces derniers, toutes couleurs mélangées, seront déchiquetés, lavés et transformés en petites pastilles de plastique rigides.

Rencontrée lors de sa récente visite à notre centre de tri, madame Lucie Li, directrice exécutive chez Modix Plastique Inc., nous explique ce qui a motivé ce projet d’usine: « Au cours des 25 dernières années, la Chine a importé 500 millions de tonnes de sacs de plastique. Le gouvernement a mis un terme à tout ça et plusieurs usines de transformation ont dû fermer en raison des restrictions. Nous avons donc vu l’opportunité, en s’installant au Canada, de venir combler le manque dans la chaîne d’approvisionnement, autrement brisée. » lucieli

En effet car, bien que produites ici, les pastilles de plastique recyclé prendront ensuite majoritairement la direction de la Chine. Elles serviront dans la fabrication de pièces de plastique pour des voitures, des ordinateurs, des électroménagers, du mobilier, des jouets et plus encore. Parce que bien que les autorités chinoises aient décidé d’arrêter l’importation de ce qu’elles considèrent être les « poubelles » des autres pays, la Chine demeure l’un des plus grands producteurs et exportateurs de biens de tous genres à travers le monde. Le besoin de matière première n’a pas changé, mais la forme sous laquelle elle peut entrer au pays fait toute la différence. La transformation des sacs de plastique produira une matière première prête à être utilisée dans divers procédés industriels qui, du fait de cette valorisation, se voit ouvrir la porte de l’exportation.

Il s’agit donc là d’une solution locale qui permettra de donner une deuxième vie à ces sacs qui, après une utilisation moyenne de 20 minutes, n’en mettent pas moins de 400 ans à se désagréger. Soyez donc assurés que nous suivrons de près l’évolution de ce projet!

Publié le 5 septembre 2018

symbiose

Oui à la symbiose industrielle!

La symbiose industrielle se produit lorsqu’un réseau d’entreprises et de collectivités d’un même territoire sont maillées entre elles par des échanges de matières résiduelles, d’énergie et de ressources. Et c’est exactement ce que vient nous proposer Synergie Économique Laurentides (SEL). Cette initiative de la SADC des Laurentides, du CAE Rive-Nord et de la SADC d’Antoine-Labelle offre en fait une nouvelle filière à la gestion des matières résiduelles, une filière complémentaire aux centres de tri, au compostage, aux sites d’enfouissement, aux écocentres ou encore, aux friperies.

En activité depuis mai dernier, SEL met en pratique un concept bien simple : le déchet de quelqu’un peut être un trésor pour quelqu’un d’autre. Madame Karine Bourgeois, coordonnatrice en symbiose industrielle pour Synergie Économique Laurentides, explique : « Cela peut être aussi simple qu’une entreprise qui met beaucoup de boîtes de carton au recyclage. Une autre entreprise pourrait vouloir s’en servir pour faire de l’expédition au lieu d’acheter des boîtes neuves. Les gens n’osent pas toujours demander. Ce n’est pas naturel. Ou encore, ils n’ont aucune idée de ce qui se jette ailleurs. Nous sommes là pour ça, comme entremetteur, pour créer des liens. »  Dans les cas d’échanges qui seraient moins simples, SEL est appuyé par le Centre de Transfert Technologique en Écologie Industrielle. Des échantillons de différents produits peuvent y être analysés afin de déterminer s’ils répondent aux critères permettant leur réutilisation dans le procédé d’une autre entreprise.

La boucle des 3rv (réduire, réutiliser, recycler, valoriser) est à la base de tout. Lors des visites effectuées en entreprise, SEL regarde tout ce qui en sort, identifie les propriétés des matières et se demande comment cela peut être réutilisé. Si cela ne peut pas servir de nouveau à même l’entreprise, les produits sont alors intégrés à leur base de données. Le logiciel fait ensuite des liens entre ce qui est offert et ce qui est en demande et l’organisme contacte les parties concernées. Il est également possible de tout simplement soumettre ses offres et demandes à SEL afin de les faire inscrire dans la base de données. Toutes les entreprises de la région administrative des Laurentides peuvent participer sur une base volontaire. Les MRC d’Antoine-Labelle, d’Argenteuil, des Laurentides et des Pays-d’en-Haut, ainsi que la ville de Mirabel ont déjà confirmé leur adhésion au projet.

« C’est un projet extrêmement rassembleur comme on n’en voit pas beaucoup. Les entreprises des Laurentides sont très diversifiées. L’objectif est de régionaliser, de travailler en grande équipe et de diffuser la richesse. Ce n’est pas juste un partage de matière, mais d’expertise. La réussite de ce projet ne se fera pas seule, mais bien avec le bon vouloir de tous et chacun. » conclut madame Bourgeois.

Pour plus de renseignements, visitez synergielaurentides.ca.

symbiose
arrox

Arrox bientôt en magasins!

Après la poudre de verre, les abrasifs projetés et les sables de filtration, Tricentris vous propose un autre débouché pour le verre : le paillis. Déjà, ce produit a fait ses preuves et a été utilisé pour recouvrir les sentiers de notre jardin de la biodiversité et dans quelques autres créations de l’horticulteur de renom Albert Mondor. Nous sommes donc heureux de vous annoncer que le paillis de verre ARROX sera prochainement disponible chez certains détaillants de produits horticoles et certaines pépinières spécialisées.

Fabriqué à 100% de contenants de verre issus de la collecte sélective, le paillis de verre est un autre excellent débouché pour le verre valorisé. Il intègre des granulats de verre de toutes les couleurs, produisant au final une teinte pistache s’harmonisant à merveille avec les espaces verts.

En plus de servir comme revêtement de sentier, le paillis de verre peut aussi être utilisé dans les plates-bandes ou encore comme matériel de remplissage dans les interstices de dalles de béton ou de pierres plates. Contrairement au paillis de cèdre régulier, il est ininflammable, il n’a pas besoin d’être remplacé en entier à chaque printemps et, en raison de sa densité, il ne nécessite qu’une mince couche d’un pouce pour préserver la chaleur du sol et réduire la prolifération de plantes indésirables. Et cela peut sembler surprenant mais, bien que ce paillis soit fait de petits morceaux de verre fracassés, il ne coupe pas et ne blesse pas. Il est donc possible de le manipuler sans gants ou d’y marcher pieds nus. Il repousse également les insectes et les mollusques rampants sans toutefois être toxique pour les animaux de compagnie. Par-dessus tout, ce produit offre une deuxième vie aux contenants de verre déposés dans le bac de récupération.

Comme mentionné, des sacs de paillis de verre ARROX seront bientôt en vente libre et accessibles à tous. Toutefois, si vous souhaitez intégrer ce produit à vos aménagements municipaux, n’hésitez pas à communiquer directement avec nous. Il nous fera plaisir de vous accompagner dans ce projet et de mettre en valeur un produit qui provient directement de la participation de vos citoyens à la collecte sélective.

Publié le 24 avril 2018