check icon

Tonnage traité depuis notre ouverture

6650704

tonnes
de matières

Partagez TRICENTRIS DEVIENT UNE COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ DÉSIGNÉE

Tricentris-Logo-RGB_logo couleur

Tricentris est devenu, en mars dernier, une coopérative de solidarité et a été désignée par la Ministre des Affaires municipales et de l’Habitation Andrée Laforest.

Ce changement de statut permettra à Tricentris de poursuivre ses services de tri, de transformation et de sensibilisation pour ses membres. Le nom officiel de Tricentris devient d’ailleurs dès lors Tricentris, la coopérative de solidarité. Son nom d’usage devient quant à lui Tricentris, la coop.

Une coopérative est fondée pour répondre à un besoin de membres ou de collectivités. L’objectif premier de la coopérative n’est donc pas de faire le plus de profits possible, bien que la rentabilité est importante pour assurer sa survie. Dans cet esprit, Tricentris se voue à fournir des biens et services pour ses membres dans le domaine de la récupération, de la transformation et de la sensibilisation. Les coopératives sont aussi des entreprises collectives, c’est-à-dire que plusieurs entités gèrent collectivement, de façon démocratique, l’organisation : un membre égale un vote.

Il existe dans la loi un processus de changement de statut d’un OBNL à une coopérative qui s’appelle la continuation. Ce projet de continuation a été présenté aux membres lors d’une assemblée générale extraordinaire tenue à cet effet le 24 février dernier et a été accepté par plus de 80 % des membres présents. Dès le lendemain, une requête de continuation en coopérative a été déposée officiellement au Ministère de l’Économie et de l’Innovation qui y a répondu favorablement le 3 mars 2022. La demande de désignation a été soumise à la Ministre Laforest qui l’a approuvée le 15 mars. Frédéric Potvin, le directeur général de Tricentris, mentionne que tout ce processus s’est déroulé très rapidement: «Il faut souligner la grande diligence du gouvernement qui a favorisé un dénouement rapide dans un contexte de délais très serrés. Cette désignation octroyée par la Ministre Laforest donnera un sérieux coup de main aux municipalités membres».

Cette désignation permet aux municipalités membres de Tricentris de signer des contrats de gré à gré avec l’organisme et ce, même si la valeur de l’entente excède le seuil qui requiert habituellement un appel d’offres public. La responsabilité de s’approvisionner par appels d’offres revient alors à Tricentris, ce que l’organisation fait d’ailleurs depuis 2018. Me Sébastien Dorion, avocat associé de la firme Dunton Rainville et qui a accompagné Tricentris dans ce processus, mentionne qu’« il y a un certain altruisme dans ce choix de demander une désignation. Ça aide beaucoup à diminuer la charge de travail de ses membres, mais pour Tricentris, ça complique les choses ». Me Dorion ajoute que « le gouvernement a été un bon partenaire, [qu’]il a beaucoup aidé pour la désignation ». On peut en dire autant de Me Dorion, qui a été d’une aide bien précieuse pour épauler Tricentris dans le changement de statut et la désignation.

La décision majeure de procéder à ce changement découle du jugement de la Cour d’appel qui, en octobre dernier, établissait que les municipalités membres de Tricentris devaient, avant le 14 avril 2022, régulariser leur situation conformément aux lois permettant le regroupement de municipalités. L’objectif premier de Tricentris était bien entendu de continuer à desservir ses membres comme elle le fait depuis maintenant 25 ans. Parmi les différentes options étudiées, la continuation de Tricentris en coopérative s’est avérée celle qui répondait le mieux à toutes les exigences des membres et qui permettait à Tricentris de poursuivre sa mission et ce, en toute légalité.

Patrick Duguay, directeur général de la Coopérative de développement régional Outaouais-Laurentides (CDROL), a accompagné Tricentris dans sa transformation depuis les débuts. La CDROL se veut un outil pour ses membres afin de concrétiser l’intercoopération et le développement de nouvelles coopératives.

Patrick Duguay explique qu’avec les années, des changements dans la loi ont favorisé l’essor des coopératives au Québec: « Si bien que pour moins d’un quart de la population du Canada, le Québec compte 50 % des coops au pays. Malgré tout, je fais ça [ce travail d’accompagnement] depuis 30 ans et c’est probablement le plus gros projet que j’ai fait. Il est unique, d’une ampleur sans précédent. C’est une excellente nouvelle pour nous et pour Tricentris qui rejoint un réseau de 164 entreprises collectives de la CDROL partageant les valeurs d’équité, de solidarité et d’entraide. »

En votant pour la coopérative, les membres de Tricentris ont aussi clairement indiqué leur volonté de demeurer au sein de l’organisation. Ils s’assurent ainsi d’avoir un service de tri de qualité pour leurs matières recyclables, d’obtenir un juste prix pour leur traitement et de favoriser une économie locale assurant une deuxième vie à ces matières. Les membres de Tricentris agissent ainsi de manière responsable, en continuant de s’impliquer directement envers l’organisation.

Encore une fois, Tricentris est à l’avant-garde en devenant le premier centre de tri coopératif au Québec. « Et au final, conclut Frédéric Potvin, le modèle coopératif ne pourrait-il pas aussi bien seoir à un éventuel OGD? Ce serait en tout cas un véhicule tout désigné. »

 

Publié le 14 avril 2022
Article tiré du Tricentris Express d’avril 2022. Cliquez ici pour consulter le bulletin complet