check icon

Tonnage traité depuis notre ouverture

5236840

tonnes
de matières

TRICENTRIS_PAPIER

Édito – octobre 2019

fred

Enfin, la vérité sur la présence du verre dans les ballots 

Comme vous avez pu le voir en une, les chiffres de RECYC-QUÉBEC sur la caractérisation des ballots sont désormais connus. Au-delà d’être connus, ils sont impressionnants! Il est vraiment intéressant de voir que, encore une fois, les faits parlent : les ballots de matières triées ne sont pas contaminés par le verre. Et ce qui est d’autant plus réjouissant, c’est que les mêmes résultats ont été observés dans nos trois centres de tri mais aussi, dans plusieurs autres. C’est le cas de nos confrères de la Régie intermunicipale de traitement des matières résiduelles de la Gaspésie, de Société VIA et de Récupération Mauricie.

Ensemble, nous comptons huit centres de tri. Huit centres de tri chez lesquels il n’y a pas de verre dans les autres matières. Presque rien. Voyez par vous-mêmes.

Tableau_verre_édito

En ajoutant ces résultats à ceux de Tricentris vus en page 1, on obtient une présence moyenne du verre, toutes matières confondues, de 0,27 %. Plus précisément pour les ballots de fibres et de plastique, nous parlons respectivement de 0,18 % et 0,39 %. Il y a de quoi être fier de la qualité produite dans les centres de tri québécois.

Voilà. L’argument principal des pro-consigne s’évapore. Qu’on se le dise une fois pour toutes : le verre ne contamine pas les autres matières. Le seul argument qu’il leur reste pour vous convaincre d’aller porter vos bouteilles dans un point de dépôt est celui de refondre des bouteilles pour en faire d’autres… quelque part ailleurs qu’au Québec pour 80 % du verre, soit toutes les bouteilles vertes.

Notre position n’a pas changé. Laissons le temps au Québec de bien ficeler les projets en cours et devenons, chez nous, les spécialistes de la transformation du verre. Après tout, c’est par centaines de milliers que les québécois, dans une trentaine de villes de la province, viennent tout juste de proclamer leur amour pour la planète, en exigeant des mesures pour la réduction des gaz à effet de serre. Il est grand temps d’honorer cette volonté en la considérant dans les différentes prises de décisions.

Frédéric Potvin,
Directeur général