check icon

Tonnage traité depuis notre ouverture

6961055

tonnes
de matières

Une

25 ans pour Tricentris!

Le 17 décembre est une journée importante dans l’histoire de Tricentris ; c’est à cette date, en 1997, qu’a eu lieu la première pelletée de terre de notre centre de tri de Lachute. À l’époque, bien que le centre de tri n’était pas encore construit, les opérations de tri avaient déjà débutées quelques mois auparavant et se déroulaient temporairement à l’aréna des Lions de Lachute. Bien loin des équipements à la fine pointe de la technologie qui remplissent nos usines aujourd’hui, le tout se faisait uniquement à l’aide d’un chargeur sur roues, une petite trémie, un convoyeur et des réserves fabriquées en contre-plaqué. Juste pour dire : nos équipes ont besoin d’un peu plus de trois heures maintenant pour traiter la même quantité de matières qui nécessitait une semaine de travail il y a un quart de siècle!

Cela fait donc 25 ans que Tricentris reçoit et traite des matières recyclables, dessert les citoyens, génère des emplois et est au service des municipalités. Avec un brin de nostalgie, et beaucoup de plaisir, nous nous sommes amusés à comparer quelques chiffres en utilisant des données de 1998 et de 2022. Vous pourrez constater par vous-même l’évolution qu’a connue Tricentris.

25 ans

Publié le 13 décembre 2022
Article tiré du Tricentris Express de décembre 2022. Cliquez ici pour consulter le bulletin complet.

visuel_horaire

Horaire des fêtes

Cette année, comme les journées fériées de Noël et du jour de l’an se situent le dimanche, nos équipes seront en poste pour accueillir les camions de collecte comme à l’habitude.

visuel_horaire des fêtes

Publié le 13 décembre 2022
Article tiré du Tricentris Express de décembre 2022. Cliquez ici pour consulter le bulletin complet.

BCR_2

Lachute et Terrebonne se refont une beauté

Cet automne, de gros travaux de réfection ont eu lieu à nos succursales de Lachute et Terrebonne afin de corriger des surfaces d’asphalte abimées par le temps. Dans les deux cas, il s’agit d’un projet d’un peu plus de 1 200 m2 et de voies de circulation importantes : celle qu’utilisent les camions de collecte vers l’aire de réception à Lachute et la zone où se trouvent les compacteurs à déchets et l’accès à la réserve de verre à Terrebonne.

Après avoir évalué les possibilités, nos équipes ont opté pour une technologie différente : le béton compacté au rouleau (BCR). Pas tout à fait inconnue à Tricentris, cette méthode de recouvrement a aussi été utilisée en partie lors de la construction de l’usine de micronisation du verre en 2013. Et c’est justement l’excellent état de cette dalle de béton, soumise à une abrasion intense depuis maintenant près de 10 ans, qui s’est avéré des plus convainquant pour choisir ce procédé malgré un prix plus élevé.

Contrairement au béton conventionnel, il n’y a pas de coffrage, de coulée ou de lissage nécessaires. Le béton compacté au rouleau s’applique à l’aide d’une paveuse comme celles utilisées pour faire du terrassement. Il est constitué des mêmes matériaux qu’un béton classique, soit du ciment, des granulats, de l’eau et des adjuvants, mais dans des proportions différentes. Il est appliqué en fines couches et on peut marcher dessus instantanément puisque sa cuite est déjà commencée et surtout plus rapide (de 24 à 48 heures). En plus d’offrir un béton plus durable, cette technologie permet de scinder le projet pour ne pas avoir à réaliser la totalité de la surface en un seul coup. Il fut donc possible de procéder à ces travaux de pavage sans suspendre les opérations des centres de tri ni la circulation des camions. « Parce que c’est compacté, on se retrouve avec un béton d’une plus grande dureté que lorsque c’est coulé. Pour la même épaisseur, on a un meilleur rendement pour les véhicules lourds et donc, parfait pour le type d’opérations qu’on a. C’est un béton à toute épreuve », explique    Dominic-André Mongeon, directeur d’usine.

Pour un projet comme pour l’autre, la réalisation des travaux s’est déroulée sans failles et nous nous retrouvons avec du béton qu’on ne devrait pas avoir à retoucher d’ici plusieurs années. À Terrebonne, l’équipe est contente de pouvoir retrouver la pleine utilisation de cette surface de travail et à Lachute, les camionneurs sont aux anges!

Publié le 13 décembre 2022
Article tiré du Tricentris Express de décembre 2022. Cliquez ici pour consulter le bulletin complet.